• Satan était un ange

     

    Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra. Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder. Mettre la musique à fond pour ne plus entendre. Tic tac... Bientôt, tu seras mort. Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse. La mort est certaine. L'issue, forcément fatale. Ce n'est plus qu'une question de temps. Il vient à peine de le comprendre. Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer. L'échéance approche. Je vais mourir. Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents. Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout... Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

    PARTAGE PAR : Stéphanie

    Mon premier Karine Giebel. Un bonne histoire qui prend aux tripes, des personnages fouillés. Un très bon moment ! A lire !


    votre commentaire
  • Les suprêmes

     

    Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle «les Suprêmes», en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L'intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l'existence n'a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l'adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l'un des restaurants de leur petite ville de l'Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie. Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux Etats-Unis, ce formidable roman de l'amitié et de la résilience s'affirme comme une exemplaire défense et illustration de l'humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections.

    PARTAGE PAR : Sylvie

    Un régal... Histoire d'amitié entre 3 femmes noires. Si vous avez aimé "la couleur des sentiments", vous allez adorer! 

     

    Parfois drôle, parfois triste, bien écrit, des personnages charismatiques et attachants... Hummmm


    votre commentaire
  • Central Park

     

    Alice et Gabriel n'ont aucun souvenir de la nuit dernière... ... pourtant, ils ne sont pas près de l'oublier. New York, huit heures du matin. Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l'un à l'autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n'ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin. Impossible ? Et pourtant...

    PARTAGE PAR : Stéphanie

    Comme toujours un bon moment ! A lire sans modération  


    votre commentaire
  • Martin de la Brochette

     

    On l'appelle " Boulette ". Ou " P'tit Boudin ". Martin de La Brochette est la honte de sa famille. Chez les La Brochette, on est beau, catholique, surdiplômé ; on passe l'été à Carnac et Pâques à Versailles. Et justement, l'Agneau Pascal approche à petits pas... l'occasion ou jamais pour le grassouillet Martin d'aggraver son cas. Cette année, au café, il a une annonce à faire, une vocation à révéler : " Boulette " veut être boucher. Oui, boucher. Vendre de la côte de bœuf et désosser des porcs. Et épouser la charcutière de ses rêves. Lui laisser la main sur le pâté en croûte et le saucisson en vitrine. Adieu bourgeoisie consternée ! Bienvenus veaux, vaches, cochons et couvées ! 

    PARTAGE PAR : Stéphanie

    150 pages de pure plaisir ! Un bijou d'humour et d'ironie. Quand un fils de bourgeois versaillais décide de devenir boucher ça décoiffe ! Végétariens s'abstenir ! lo !


    votre commentaire
  • Profanation

     Sur le bureau de l’inspecteur Carl Mørck, chef du département V, le dossier d'un double meurtre commis en 1987 et impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » d’un des leurs. Mørck s'aperçoit que l'affaire a été hâtivement bouclée et décide de reprendre l’enquête. Cercles fermés des milieux d'affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie... Adler-Olsen mêle suspense implacable et regard acerbe sur son pays. Après Miséricorde, Profanation ne décevra pas les fans du cynique Carl Mørck et de son assistant syrien, l’imprévisible Assad.

    PARTAGE PAR : Sylvie

    Délivrance, 3ème opus de Jussi Adler Olsen. J'ai adoré ! Ce polar scandinave est vraiment haletant . Les héros sont attachants on connaît de mieux en mieux l'équipe et on apprécie leur côté bourru et surprenant... A lire absolument

    NOUS EN PARLONS :

    Stéphanie : Comme Sylvie j'ai adoré Délivrance... Je crois même que pour moi c'est le meilleur des 3. Par contre j'ai trouvé le début un peu long ! J'attend la sortie poche du DOSSIER 64 avec impatience !


    votre commentaire